Le patinage de vitesse est le plus ancien des sports de glace.

Déjà au XIIe siècle, on patinait sur des os en Scandinavie.

Le pays de la vitesse a toujours été la Hollande. Grâce à leurs canaux, les premières courses furent organisées dès le XVIe siècle (1676) avec les patins en métal. Au 19ème siècle, ils firent connaître le patinage de vitesse à leurs voisins allemands et autrichiens.

Des compétitions sont organisées en Angleterre depuis 1814 grâce aux Frisons ou Frieslanders (habitants du Friesland, une région située au nord des Pays-Bas) qui introduisirent ce sport outre-manche dans la région des Fens près de Cambridge (à l’origine, le patinage de vitesse se nommait ‘fens skating’ en Angleterre).

 

La première compétition internationale eut lieu en Allemagne à Hambourg en 1885 sur une piste de 3 800 m de long avec comme vainqueur le Norvégien Axel Paulsen, figure emblématique du patinage artistique (il est à l’origine d’une fameuse figure portant son nom, l’Axel) et inventeur des patins longs et à lame étroite.

En 1889, les Pays-Bas organisèrent les premiers championnats du monde encore non officiels auxquels participèrent des patineurs hollandais, russes, américains et anglais.

Les premiers championnats du monde officiels furent organisés en 1893 sur les distances de 500, 1500, 5000 et 10 000 m. Le patinage de vitesse devient olympique en 1924 pour les hommes et en 1960  pour les femmes.

Le plus ancien club de patinage est le Skating Club d’Édimbourg, créé en 1742. En 1823, l’Ecossais Russel fit le pari à Dublin de faire soixante-dix lieues sur une piste circulaire. Un siècle après son exploit, le patinage jouissait dans le monde, surtout aux Etats-Unis d’une vogue extraordinaire.

Le Néerlandais Jaap Eden, patineur de vitesse dans les années 1920

L’Union Internationale de Patinage fut créée en 1892 – trois ans après l’organisation des premiers championnats du monde sur piste longue.
Avant que le patinage de vitesse sur piste courte ne devienne un sport olympique, les patineurs de vitesse avaient l’habitude de participer indistinctement à des compétitions sur piste courte et sur piste longue. On décida de couvrir certaines pistes ovales courtes afin de permettre aux patineurs de s’entraîner toute l’année.
De nombreux patineurs de vitesse sur piste longue prirent l’habitude de s’entraîner au sprint et d’améliorer leur technique de virage sur ces petites pistes ovales. Certains participèrent même à des compétitions sur piste courte.

Maintenant que beaucoup de pistes longues sont couvertes, il est moins courant de rencontrer à la fois des patineurs de vitesse sur piste courte et sur piste longue.

D’autre part, depuis que le patinage de vitesse sur piste courte est devenu un sport olympique officiel, les compétiteurs ont été forcés de se spécialiser afin d’obtenir les meilleurs résultats possibles.
Le patinage de vitesse sur piste courte a longtemps fait figure de parent pauvre face à son aîné, le patinage de vitesse traditionnel, et bien que ce sport existe depuis plus d’un siècle, le patinage de vitesse sur piste courte n’est un sport olympique que depuis peu.

 

Cette discipline passionnante au cours de laquelle les concurrents tombent régulièrement de tout leur long lors de carambolages à toute vitesse fait partie du programme olympique depuis les Jeux de 1992 à Albertville après qu’il eut été un sport de démonstration durant les Jeux olympiques de Calgary en 1988.

 

Les épreuves officielles :

Les hommes et les femmes s’affrontent sur 500 m, 1000 m et 1500 m. Le relais masculin se court sur 5000 m contre 3000 m pour le relais féminin. Dans toutes les épreuves, les patineurs doivent prendre l’avantage sur leurs concurrents dans les séries éliminatoires, jusqu’à la finale. La vitesse est un facteur secondaire. D’ailleurs, tous les records mondiaux et olympiques ont été battus hors des phases finales.

Les compétitions individuelles débutent avec 32 concurrents avec quatre concurrents par série et les deux premiers se qualifient pour le tour suivant. Les compétitions se déroulent donc par élimination. Chacun essaie d’aller plus vite et d’avoir une meilleure tactique que ses adversaires de la même série. Lorsqu’il ne reste plus que quelques finalistes, le premier qui franchit la ligne d’arrivée est déclaré vainqueur. Le départ est groupé. Les concurrents patinent dans le sens inverse des aiguilles d’une montre.

Les épreuves de relais pour hommes et dames se déroulent sur deux jours et comportent une demi-finale et une finale. Huit équipes sont réparties en deux séries de quatre. Les deux meilleures équipes de chaque demi-finale se qualifient pour la finale.

Tout savoir sur un tour de piste en short-track :  

500 m égalent 4 tours ; 1 000 m : 9 tours ; 1 500 m : 13,5 tours ; 3 000 m : 27 tours et 5 000 m : 45 tours

 

 

Catégories : info-st

Laisser un commentaire